Issiaka Traoré dénonce une complicité du Premier ministre

Tenue du 14 au 15 septembre dernier, la 7ème conférence ordinaire des maliens de l’extérieur a résulté la défaite d’Issiaka Traoré, président du conseil de base des maliens de la Mauritanie non moins l’unique candidat adversaire d’Habib Sylla, président des maliens de Gabon lors du présidentielle du Haut conseil des maliens de l’extérieur.

Dans son intervention, Issiaka Traoré qualifie l’élection récente d`Habib Sylla de mascarade tenant compte de la manière de son organisation. Pour lui, rien n’a été respecté, selon les constats fait par son huissier et de son avocat. Il affirme n’être au courant de la candidature de quiconque juste qu’à sa présence dans la salle le jour-J de l’élection.

« Je n’ai eu aucune personne qui a participée dans la commission d’organisation, ce qui n’est pas normal, la vérification des mandats je n’avais personne là-bas pour savoir qui doit voter, quel pays est là, les pièces d’identité n’ont pas été vérifié, rien n’a été vérifié, on a appelé les noms seulement pour voter », tels sont les propos de M. Traoré.

Il a confié que celui était face à lui n’était pas un candidat légitime lors de cette élection. Sur le plan statutaire, Habib a déjà fait deux mandats à la tête de cette organisation depuis 2009 à nos jours.

Aux dires de M. Traoré Issiaka, pour briguer un troisième mandat, M. Sylla est passé par tous les moyens y compris la participation de l’autorité suprême, là, Issiaka dénomme le Dr. Choguèl Kokala Maïga et avoue être honnêtement déçue par ce dernier.

Il trouve incompréhensible qu’au lieu de rester neutre dans cette situation, Choguèl lui-même fut directeur de campagne d’Habib Sylla. Ainsi, Issiaka a invité l’ensemble des maliens autant à l’intérieur qu’à l’extérieur à faire preuve de vigilance et de responsabilité dans tous ce qu’ils font.

Il a fait savoir que lui, à la place de Choguel, il démissionnerait par ce que celui-ci aurait failli. Selon Issiaka Traoré, aujourd’hui les maliens aspirent d’un Mali fort et unie, pas d’un Mali séparé par ses dirigeants.

Le président du conseil de base de la Mauritanie déclare ne pas reconnaitre Habib et son bureau mise en place de manière aussi rapide, il invité Assimi Goïta, le président de la transition à faire attention et promet de prendre contact avec les tribunaux à travers ses avocat pour chercher ces droit.

Pour clore ses propos Issiaka dira : « Aujourd’hui, s’il y’a un président du Haut conseil des maliens de l’extérieur, je suis le président du Haut conseil des maliens de l’extérieur et non Habib Sylla ».

Mariatou Coulibaly

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici